Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2007

L'Ancien

Je l'ai découvert il y a deux ans.
Un village dans la ville.
On pourrait y passer des heures.
Certains doivent y passer des journées entières.
Oui.
Je les comprends.

J'y suis retourné, il y a peu.
Envie.

Une concentration de passé.
Une concentration de souvenirs.
Une concentration d'Histoire.
Une vraie mine d'or.
Pour ces passionnés que j'admire.
Là-bas, tout a une histoire.
Certains viennent de très loin pour le visiter.
Des asiatiques.
Des américains.
Généralement fortunés.
Il faut dire, certaines choses ne sont pas accessibles à toutes les bourses.
Mais ce ne sont sans doute pas les plus chères à mes yeux.

Ca, ça m'a donné envie d'y retourner.
Au plus vite.
Alors j'y suis allé.
Retourné.
Les chercher.
En chercher.
D'autres.
D'autres histoires.
D'autres personnes.
D'autres moments.
D'autres vies.
Mais je crois que c'était vraiment à part.
Ce n'est pas là-bas que de telles histoires peuvent se retrouver.
Ces histoires, on les croise lorsqu'on s'y attend le moins.
Comme d'autres choses d'ailleurs.
Il ne faut pas chercher.
Attendre dans la non-connaissance.
C'est la clé de la surprise.

Sans doute que ces gens passionnés ont été surpris un jour.
Oui.
Comme un coup de foudre.
Pour ces objets.
C'est fort.
Ils gardent la même ferveur.
La même excitation.
La même envie.
Le même désir.
D'en trouver.
D'autres.
Davantage.
Encore plus.
Toujours plus.
Peut-être un peu comme ici.
Oui.
A la recherche.
Toujours à la recherche.
De la perle rare.
Chacun a sa perle rare.
Sa quête.
Elle stimule.
Ce sont des passionnés.

Des passionnés d'Histoire.
Du beau.
De l'Antique.
De l'authentique.
L'Ancien cache et recèle tant de choses.
Il se respire.
Il se vit.
Alors on s'en impregne.
Alors on imagine.
Leur vie.
D'antan.

Ils sont tous passionnés de la trace.
Celle du stylo.
Du pinceau.
Du marteau.
Du burin.
De la main.

La main.
Celle qui façonnait hier.
Celle qui fascine aujourd'hui.


Lui.
Le marché de Vernaison.



30 septembre 2007

God bless you

D'ordinaire je n'écris pas le dimanche.
Oui, le dimanche, c'est rosbeef et haricots verts du jardin.
Aucun rapport. Je sais.
J'aime les aucun rapport.

Mais je n'y peux rien.
Suis juste tombé dessus.
Ce dimanche matin au ciel dégagé.
Déjà, quel bonheur.
A l'heure où Laurent Cabrol essayait de nous vendre son four micro-ondes multi-fonctions.
Mais j'en ai déjà un.
Alors tant pis.

Alors j'ai hurlé.
De rire.
Surtout qu'ils en ont un à Lille.
Surtout qu'ils vont en avoir un au Mans.
Encore.
Je vais être cerné.
Atchoum.

Alors j'ai hurlé.
De rire.
Je vais aller à Vernaison.
Il faut que je le trouve.
Obligatoire.

Pourtant ils sont mignons.
Pourtant ils sont rigolos.
Pourtant, j'aurai envie de jouer avec eux.
Oui, au fond, je les aime bien.
Bien qu'ils soient ingrats.

Alors j'ai hurlé.
De rire.
En allant ici.

Publié dans des objets | Lien permanent