Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2008

Improbable

Station Vaugirard.


C’était entre deux fêtes.
C’était entre deux rames de métro.

L’entre deux fêtes incite à quitter plus tôt.
Calme dans les bureaux.
Folie dans les boutiques.

Il était d’abord devant moi.
Lui, comme moi, prit Direct Soir avant de descendre.

Il était ensuite derrière moi.
Lui, comme moi, avait encore la carte orange.

Oui, je fais attention aux gens.

Pourtant il était normal.
Comme vous.
Comme moi.
Discret.
Passant inaperçu.
Jusqu’au moment où.

Je dis « pourtant il était normal ».
Alors ce qu’il allait faire est anormal ?
Aujourd’hui, sans doute.
Car nous ne sommes pas habitués.
Mais c’est bête.
Car cette « anormalité » devrait rentrer dans l’ordre de la normalité.
Mais paradoxalement, elle ne serait plus la même.

Alors nous étions sur le quai.

Il était ensuite à côté de moi.
Lui, comme moi, était en train de lire.
Mais pas Direct Soir.
Car lui, comme moi, l’avait jeté après l’avoir brièvement survolé.

Et son livre, à ce moment, je n’y ai pas fait attention.

La rame est arrivée.
Nous sommes montés.
Je me suis assis.
Il est resté debout.
S’est plaqué contre les vitres.

En face de moi, assis, une maman et son enfant.
Et une jeune femme.

Je continue ma lecture.
Oreilles noyées de Tinariwen.

Lorsque.

Lorsqu’il se mit tout à coup à interpeller les passagers du dernier wagon de la rame de 17h46, ligne 12, ce 27 décembre.
Tout haut.
Tout fort.
Nous regardant. Tous.

«
Dans cette période de fêtes, j’ai envie de vous faire partager un passage du livre que je suis en train de lire.
C’est un passage sur l’amour.
Je le trouve très joli.
Et je souhaitai que vous en profitiez aussi.
»

J’ai soudainement stoppé ma lecture.
Appuyé sur pause.
Et l’extraordinaire se produisit.
Il se mit à lire son passage.
Tout haut.
Tout fort.

Incroyable.
Formidable.

Je souris.
La maman et l’enfant ne souriaient pas.
Il les inquiétait plutôt.
Anormal ?
La jeune femme sourit.
D’autres personnes se retournèrent.
Et sourirent.

Alors silence.
Silence dans cette rame.
Juste pour l’écouter. Lui.
Nous lire un passage du « Prophète », de Khalil Gibran.

Il ne tremblait pas.
Il lisait avec une grande dévotion.
Il souhaitait vraiment faire partager.
Cela s’entendait.

Même si certains n’écoutèrent pas tout, tous comprirent l’originalité de la scène.

A Falguière, je descendis.
A Falguière, il continua.


Il est comme vous.
Et moi.
Anonyme.
Mais audacieux.
Joli.