Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juillet 2010

L'image du vendredi (19)

 

pa4.jpg

Mysore, Inde du sud.


Nous sommes à Mysore, dans l'état du Karnataka, à 100km au sud-ouest de Bangalore.
C'est notre première étape indienne, et nous avons été complètement charmés par cette ville.
Du vert, beaucoup de vert, de la fraîcheur, de somptueux bâtiments, un palais qui n'a rien à envier à nos châteaux de la Loire, des marchés riches et un mélange de couleurs réussi.

Les enfants que nous croisons jouent avec les objectifs des appareils photo et des caméras, ils tiennent les poses spontanément sans à avoir à les reprendre, les placer, leur dire de sourire: ils sont natures.

Nous avons même failli assister à un tournage d'un film Bollywood, mais au dernier moment, on a été prié de quitter la salle de théâtre dans laquelle allait être filmée une scène avec plusieurs centaines de figurants... Flûte!

Trois jours à Mysore n'étaient pas de trop, et c'est sûr, nous y retournerons... ce n'est qu'à 1h30 de Bangalore...

21 mai 2010

L'image du vendredi (18)

 

 

pa40.jpg

photo de Claire

 

Istanbul.

Nous montons vers la tour Galata.
Mais en chemin, nous tombons sur cette vieille Buick et ce chat tranquillement lové dessus.
Du coup, on passe un bon quart d'heure à papouiller le chat.
Enfin surtout Claire, car j'aime bien ces bêtes là, mais elles me font éternuer...
Une fois arrivés en haut, un merveilleux jus d'orange frais nous attendra.


Et au passage, je souhaite un joyeux anniversaire à la bricoleuse de volière de génie .

19 février 2010

L'image du vendredi (17)

 

IMG_4033.jpg


Yemen.

Le Yemen, c’est un morceau de la péninsule arabique, qui s’est décroché de l’Afrique orientale et de l’actuelle Somalie il y a fort longtemps…
Après avoir marché 15 jours, c’est le retour à Sana’a, capitale du Yemen.
Cette ville, je l’ai beaucoup aimée : les bâtiments ocres sont recouverts de chaux pour décorer les façades. Plus une famille est riche, plus la maison est haute et les décorations de chaux importantes. C’était en mars, il faisait encore frais à Paris et retrouver la chaleur des pays arabes était un vrai plaisir.

Je me souviens.
Se poser tout en haut d’une maison, au dernier étage pour apprécier le panorama, siroter son thé et laisser le soleil nous caraméliser doucement la peau sont de vrais bonheurs.
Alors à l’époque je n’avais pas de caméra, mais ma caméra était plutôt mes carnets de voyages, une sorte de « caméra » introspective et de dessin.
(D’ailleurs, aujourd’hui, je ne dessine plus, mais ce que j’ai gagné est bien plus fort qu’un dessin (même si je peux toujours dessiner un petit peu quand même…)).

Ici, sur la photo, c’est l’entrée de la vieille ville avec une place où se retrouvent les yéménites pour partager le thé et le khat (les feuilles qu’ils mâchent et gardent dans la bouche).
Juste après commence le labyrinthe de la vieille ville et ses quartiers spécialisés et compartimentés selon les métiers et commerces.

Au Yemen, c’est avec un grand plaisir que j’y retournerai : les plus beaux paysages de montagnes, en pays arabes que j’ai pu voir, étaient là bas.

 

15 janvier 2010

L'image du vendredi (16)

 

 

IMGA0007l.JPG

 

 


Chili.

Nous passons 5 jours à San Pedro de Atacama au nord, à partir de laquelle nous sillonnerons la région, dont les lagunes de Miscanti et de Meniques qui sont à 4000m.
Celle-ci, c'est Meniques.
Ces deux lagunes sont dans un parc naturel (où il est interdit de fumer d’ailleurs pffffiou !!) et formidablement bien protégées.
On ne peut pas rester insensible devant une telle beauté. Pureté.

Et par la suite, les autres lagunes que nous allions voir en Bolivie allaient être toutes plus belles les unes que les autres.
Là bas, on en a vraiment pris plein les yeux.

13 novembre 2009

L'image du vendredi (15)

LJB.jpg


Ljubljana.
Il faut bien se concentrer une bonne dizaine de secondes pour ne pas faire de faute quand on l’écrit.
C’est en Slovénie et c’est la plus petite capitale d’Europe, avec 200 000 habitants.
C’est petit, mais c’est très mignon.

C’était en février dernier, et nous y sommes allés juste pour un WE, et coup de chance, nous sommes tombés pendant le WE du carnaval.
Enfin, la journée du carnaval.
Enfin, les deux heures de carnaval.
Oui, c’est petit, donc petit carnaval.

Ljubljana, c’est aussi là où les marionnettes fétiches ont fait leur première apparition.
Depuis, on en trimballe toujours au moins une avec nous.
Et c’est aussi à partir de Ljubljana que nous avons commencé à choisir les musiques sur lesquelles on allait faire les clips avant de partir.

Ah oui, une dernière chose :
Ljubljana, c’est aussi le clip qui a été retenu parmi 11 autres vidéos sélectionnées pour le festival du film de vacances. Et la soirée du festival, c’est ouvert à tous, et c’est le 20 novembre à Issy-les-Moulineaux (espace Icare, métro 12 station C.Celton) !

Quant à nous, nous serons à la soirée, avant de repartir le dimanche 22 pour nos grandes vacances, direction Bangalore et l’Inde du Sud !!
Et là, ça va envoyer du lourd… !!!

23 octobre 2009

L'image du vendredi (14)

IMGA0009f.JPG

Chili.

Nous arrivons à Valparaiso.
Valparaiso, c’est sur la côte Pacifique à 120km de Santiago.
C’est notre première escale avant de rejoindre le nord et l’Atacama.

Valparaiso, c’est frais, c’est vivant, c’est coloré.
Son centre historique a été classé Patrimoine culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 2003. Et il ne démérite pas !
Les appareils photos et la caméra s’en sont pris à cœur joie pour attraper toutes ces jolies couleurs.

Valparaiso, c’est aussi 44 collines dont certaines sont de vrais musées à ciel ouvert, desservies par des funiculaires qui sont d’ailleurs un vrai bonheur pour reposer des mollets endoloris.

Pablo Néruda (poète) y avait une jolie maison avec une vue imprenable sur la mer.
Il y a même fait construire sur le toit de sa maison un OVNIport, et on y accède via une porte secrète bien cachée dans son bureau du dernier étage…

Si nous devions retourner pour 48 heures au Chili, c’est bien à Valparaiso qu’il faudrait aller.
(Enfin, juste 48 heures au Chili ça retournerait bien la tête quand même… mais, à voir…).


25 septembre 2009

L'image du vendredi (13)

 

DSC_0015.JPG



Afrique du sud.

Nous venons juste d’arriver à Johannesburg.
Nous récupérons la voiture.
5 ans que je n’ai pas conduit plus de 300 km… et nous voici contraints à sortir de l’aéroport avec ses nœuds d’autoroutes à rouler à gauche avec le volant à droite…
Johannesburg.
Pretoria.
Et enfin, nous arrivons au parc du Pilanesberg.

Ce sera donc « Bilou » qui nous accueillera.
Bilou, c’est cette bête avec son énorme bec tout droit sorti de la préhistoire.
Il n’est pas farouche : il nous accueille et quémande deux-trois morceaux de gâteaux, en tapant même parfois sur les vitres de la voiture.

Oui, c’est un Bilou qui a de bon cuisseaux et qui se plait à prendre la pose.
Si on l’avait attrapé, peut-être aurait-il bien accepté d’être jeté acteur en guise d’intro à la vidéo… ?

On verra, peut-etre que lorsque nous irons à Berlin, nous ferons tomber un ours…
On a intérêt à faire le plein de miel !



Photo de Claire

04 septembre 2009

L'image du vendredi (12)

 

IMG_5116.jpg



Algérie.

C’était un petit trek d’une semaine dans le sud-est, proche de Djanet et de frontière libyenne.
Court, mais tellement bon !
Et nous n’étions que quatre, entre amis.

On se croyait dans un vrai salon entre tous ces rochers et le sable.
En fait, dans le désert, c’est devenu le paysage que je préfère : un mélange de rocs et de sable, offrant de merveilleuses couleurs lors des couchers de soleil.

Cette photo, je m’en souviens bien.
Même très bien…

C’était la première journée et nous commencions à marcher.
Et dix minutes auparavant, nous avons bien cru que ces petites vacances allaient mal tourner :

Trois jeeps avec mitraillettes et hommes armés sont arrivées.
Les jeeps se sont arrêtées autour de nous.
Les hommes sont descendus.
Nous ont encerclé, kalachnikov à la main.
Et sont venus nous voir. 
Ils n’avaient pas l’air de nous apporter du thé et des pâtisseries, ces coquins.

Nous apprendrons un peu plus tard qu’il s’agissait d’hommes chargés de surveiller le parc.
Mais drôle d’approche quand même !

(J’ai aussi le rush vidéo, mais mal cadré…)


14 août 2009

L'image du vendredi (11)

0044.jpg

Mauritanie.

C’est le tout premier voyage.
Alors on est un peu crédule.

Je n’aime pas trop le bêbêtes.
Alors je me souviens.
Pour ce premier désert, je me rappelle avoir demandé au guide s’il existait des affreuses bestioles avec des grandes dents dans le désert.
Genre serpents.
Ou araignées.
Voire pire: des serpents avec des pattes velues, des Ser-gnées.

Le guide nous a confirmé que nous pouvions rencontrer quelques unes de ces bestioles, effectivement.
Alors bien sûr je lui ai nous lui avons demandé s’il avait un équipement spécifique en cas de pépin.
Et il a su nous rassurer.
En ayant exactement ces mots:
«
Oui, ne vous inquiétez pas.
En cas de souci, nous avons toujours la solution.
»

A ce moment, il trifouille dans sa sacoche.
Nous nous attendons forcément à voir un téléphone satellite, un pare-choc de twingo un aspivenin ou toute autre redoutable trousse à pharmacie.
Que nenni…

Il en sortira le Coran.

Et oui.
«
En cas de problème, on récite des versets du Coran.
» 

Aaah ouf!!
Nous voilà rassurés!

Allez savoir.
Info.
Intox ?
Nous ne le saurons jamais.


Ce qui nous amène à cette image.
Et cette vilaine bête.
Mais pas vilaine pour tout le monde.
Car c’est aussi en Mauritanie que j’ai aussi découvert que l’araignée était sacrée pour les musulmans.

Car peu de temps avant que Mahomet ne soit véritablement reconnu comme prophète, en 622 et en quittant la Mecque, il fut poursuivi par les locaux et alla se réfugier dans une caverne.
Et juste après être rentré dans cette caverne, il pu échapper à ses poursuivants car des araignées auraient tissé des toiles après son passage, empêchant ses poursuivants de l’attraper.
Cet exil marque d’ailleurs le début du calendrier musulman.

Cette histoire, je l’aime beaucoup.

Donc, cette fameuse image avec cette vilaine bête.

Nous sommes trois à l’arrière marcher au rythme de la digestion du Nescafé et du pain sec du matin.
Le reste du groupe est avec le guide. Devant. Loin.
Et nous tombons nez à nez avec cette chose.
Grosse.
Au moins 70 10 cm de diamètre.
Sur ses pattes arrières.
Prête à nous sauter dessus.

Il me la faut en photo.
Donc je m’approche.
Lentement.
Je suis à moins d’un mètre d’elle.
Sors l’appareil (argentique à l’époque).
Doigt sur le déclencheur.

Et hop.
Tout à coup la vilaine bête fait mine d’attaquer.
Courageux, je recule brusquement.
Et fais tomber tout mon attirail suite à la frousse de l’attaque spontanée.

Plus loin, nous retrouverons le groupe.
Tout heureux de raconter notre étonnante rencontre.
Jusqu’au moment où le guide nous précisera :
«
Nous l’avons croisée aussi et nous l’avons évitée.
J’espère que vous avez fait pareil car c’est l’araignée la plus venimeuse et agressive du désert, elle fait des bonds de plus d’un mètre.
»

Oups.

Là, nous en étions sûrs.
Ce n’était pas de l’intox.

P1010069.JPG


 

 

10 juillet 2009

L'image du vendredi (10)

 

P1000290.JPG


Iran.

Je suis à Ispahan.
Sur la place de l’Imam.
Une grande et merveilleuse place, centrale à Ispahan.
Les mosaïques des dômes des mosquées resplendissent.

Le lendemain matin, je m’envolais pour Téhéran puis Paris dans la foulée.
Autant dire que ce moment était nostalgique.
Et cette soirée là, à l’image du séjour, nombreux seront les iraniens venant spontanément vers moi pour parler, encore et encore…

En Iran, je me suis rendu compte que réalité rimait avec hospitalité.

05 juin 2009

L'image du vendredi (9)

brut00113.JPG




Libye.
Première soirée passée dans les dunes.
A gauche, ce sont nos deux guides touaregs.

Et à droite, c’est un policier.
Mais qui n’avait rien d’un policier.
Et qui nous accompagna toute la quinzaine, et en civil.
Et lui, jamais nous n’avons pu savoir pourquoi il était là.
Pour notre sécurité ?
Ou pour nous surveiller ?

Et sans doute une heure avant cette photo, j’ai paumé mon lecteur mp3.
Dans ce même sable.
Et je ne m’en suis rendu compte que le lendemain matin.

22 mai 2009

L'image du vendredi (8)

 

yemen07_boku2.jpg

 

 

 


Yemen.
Sans doute un des moments où j'ai moins fait le malin.
Ce rocher, avant de partir, j'y pensais déjà.
C'était un peu comme un défi d'être devant ce vide.

Je m'en souviens bien.
J'ai approché petit à petit.
Et à aucun moment je n'ai regardé en bas.
Interdit.

Il y a même eu un coup de vent.
Qui m'a fait trembler ce coquin!
Mais finalement, ça s'est bien passé.
J'ai retrouvé la "terre ferme" après une petite minute.

Pas prêt d'oublier ce moment.

15 mai 2009

L'image du vendredi (7)

Sans titre-2.jpg



Egypte.
Nous arrivons au pied des pyramides à 15h30.
A 16h30, on nous met dehors car le site ferme.
Nous sommes venus entre autre pour le coucher de soleil.
Donc le site fermé, le coucher de soleil sent le roussi.

Mais ce sera sans compter sur l'une des nombreuses terrasses élevées de restos donnant sur le site.
Alors finalement, notre coucher de soleil, nous l'aurons.
Avec en prime le son et lumières tout en dînant.
Et seuls, car il n'y avait bizarrement pas d'autres personnes à cette terrasse.
Histoire de conforter une impression que ce spectacle n'était proposé rien que pour nous.





Photo de Claire.

08 mai 2009

L'image du vendredi (6)

 

100_0256.JPG



Bolivie.
C'est un peu l'envers du décor.
Plusieurs essais pour faire rebondir la nivea.
Là, c'est juste avant que la crême n'explose.
Qu'on retrouve à 3'30 ici.
Et qu'elle ne modifie à jamais la geographie et la morphologie du salar d'Uyuni suite à son explosion.
Vraiment d'une violence inouie...
Notez toute la technique recherchée pour ne pas que l'on voit l'ombre au final.

Ah oui, j'oubliai...
Il s'agît de sel et du plus grand salar du monde: aussi grand qu'une région administrative française.
Et à la saison des pluies (décembre à février), le salar se recouvre d'eau, et il devient le plus grand miroir naturel du monde.

 


01 mai 2009

L'image du vendredi (5)

 

IMG_4739.jpg

 

 


Syrie.
A Damas, il y a la plus grande mosquée du monde musulman: la grande mosquée des Omeyyades.
Là, je m'en souviens.
Je viens de terminer un dessin.
Et de filmer un peu.
D'ailleurs, plein d'enfants seront intrigués par le camescope.

Je rentrerai dans la mosquée quelques instants plus tard.
Par une porte où sans doute je n'aurai pas dû passer.
Et comme tout occidental, je préfère garder mes chaussures à la main.
Un réflexe. Une manie.
Alors que bien évidemment, les chaussures, personne n'y touche!