Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 septembre 2009

L'image du vendredi (13)

 

DSC_0015.JPG



Afrique du sud.

Nous venons juste d’arriver à Johannesburg.
Nous récupérons la voiture.
5 ans que je n’ai pas conduit plus de 300 km… et nous voici contraints à sortir de l’aéroport avec ses nœuds d’autoroutes à rouler à gauche avec le volant à droite…
Johannesburg.
Pretoria.
Et enfin, nous arrivons au parc du Pilanesberg.

Ce sera donc « Bilou » qui nous accueillera.
Bilou, c’est cette bête avec son énorme bec tout droit sorti de la préhistoire.
Il n’est pas farouche : il nous accueille et quémande deux-trois morceaux de gâteaux, en tapant même parfois sur les vitres de la voiture.

Oui, c’est un Bilou qui a de bon cuisseaux et qui se plait à prendre la pose.
Si on l’avait attrapé, peut-être aurait-il bien accepté d’être jeté acteur en guise d’intro à la vidéo… ?

On verra, peut-etre que lorsque nous irons à Berlin, nous ferons tomber un ours…
On a intérêt à faire le plein de miel !



Photo de Claire

18 septembre 2009

Le CO² est universel : il pue partout

Ce n’est vraiment pas parti de grand chose.

Disons que je travaille dans une grosse structure.
Et en ce moment, je fais une étude de simulation de ré-organisation.
En distance, et trajets notamment.
Et comme c’est une boîte qui se défend d’être pour le développement durable, alors j’ai voulu m’amuser à un petit jeu.
Calculer l’impact de cette simulation de ré-organisation sur la consommation supplémentaire de CO² dégagé par les gaz d’échappement de véhicules.
Juste pour voir.

Donc, je m’informe des taux moyens de rejets de CO².
Et Total informe qu’en moyenne, 30 litres de carburant rejettent 78kg de CO².
Oui oui. C’est bien 78 kilogrammes ! Dingue !

Je trouve sur un autre site qu’une voiture émet effectivement 20kg de CO² pour 100km (soit 200g par km).
Les chiffres matchent bien avec Total.

A partir de ça, si on « s’amuse » à modéliser l’ensemble : 

-> par année (d’après les revues spécialisées) nous faisons en moyenne 15 000 km par an.
-> 1 km génère 200g de CO²

Donc :
15 000 km * 0.2kg (de CO² par km) = 3 000 kg par an soit 3 tonnes.

Oui.
Nous rejèterions 3 tonnes de CO² par an avec notre voiture.
Ouh c’est moche !


Mais en allant plus loin, c’est encore plus moche.
Maxi-moche.


Modélisons toujours.
Je cherche un taux d’équipement de voitures pour 1000 habitants.
Et j’obtiens ce tableau :

tableau2.jpg
 
 

La France a donc plus de 40 millions de voitures.
Bouh !
Mais les USA, ils en ont près de 250 millions. Ca c’est encore plus moche !
Bouh bis !

Si on se focalise sur la France, 40 millions de voitures multiplié par 3000kg de CO² par an = 115 milliards de kg de CO² par an (je reste en kg car c’est plus facile pour la compréhension…).

Le but maintenant, ce serait sur 2 mètres de hauteur, de représenter l’étendue globale de la surface de ce CO² réparti sur un territoire (c’est le géographe qui parle là).
Pourquoi sur 2 mètres de hauteur ? Car c’est la hauteur où nous serions tous submergés par ce gaz.
L’unité serait donc le mètre cube et donc 2 mètres cubes pour remplir un espace calqué sur nous.
L’espace au sol est donc de 1 m² réparti sur 2 mètres de hauteur.
Si vous êtes déjà lâchés, voici un petit croquis qui explique :

bonhomme cube.JPG


On sait que dans 1 mètre cube, l’air pèse 1,2kg. Si si, c’est scientifique ça.
J’ai découvert aussi que 0,1% de CO² dans l’air est le taux normal.
En revanche :
-> à 4% de CO² dans l’air, les lieux doivent être évacués (niveau très critique).
-> à 10% de CO² dans l’air, le décès arrive en 10 minutes (niveau mortel).

C’est maintenant que ça se complique.

La nomale de CO², rapportée en poids par mètre cube est de 0,0012kg (0,1% de 1,2kg pour ceux qui n’auraient pas suivi).
Et comme mon unité est le double mètre cube (2 blocs empilés l’un sur l’autre comme dans le croquis) on arrive à 0,0012*2 soit 0,0024 kg.

Le niveau très critique (d’évacuation des lieux de 4%) me donne 0,096 kg.
Et le niveau mortel (10%) me donne 0.24kg.

Ces poids, je les alors rapporte au poids de CO² par an que nos voitures expulsent.

Pour ça, reprenons l’exemple de la France :
115 000 000 000 de kg de CO² rejetés par an.
Le seuil très critique de 0,096kg par double mètre cube représenterait alors une étendue de 1 201 662 312 500 de m² (oui un grand grand chiffre obtenu par 115 000 000 000 / 0,096).
Soit 1 201 000 km².

C'est-à-dire que les seuls rejets de CO² de nos voitures françaises formeraient un nuage haut de 2 mètres et sur une surface de 1 201 000 km², obligeant toute personne dans ce périmètre à évacuer les lieux.

Et le plus moche, pour le niveau 3, le niveau où la mort survient en 10 minutes, le nuage s’étendrait sur 480 000 km².
Et ça, uniquement à partir des rejets de CO² des voitures françaises.

Rappel : la surface de la France est de 550 000 km² …


Pour un peu mieux se rendre compte, voici ce que les rejets annuels des véhicules français représenteraient, avec les 2 niveaux :

france.JPG




Et sur la carte suivante, ce sont les rejets annuels des véhicules des USA …

usa.JPG


Donc, en projetant les rejets de CO² des Etats-Unis sur l'Europe, nous aurions le nuage qui provoque les décès en 10 minutes étendu sur toute l'Europe Occidentale.

Alors ?
Oui c’est moche.
Très moche.

Et encore, je n'ai pas réussi à avoir les chiffres de possession de véhicules pour Le Caire et Téhéran seules...

C'est alarmant.
Très alarmant.
Quand on sait que ce modèle est uniquement pour les rejets de CO² des véhicules…
Là, I love pas du tout this game.


Alors, allez-vous voir dorénavant votre plein d’essence autrement ?

04 septembre 2009

L'image du vendredi (12)

 

IMG_5116.jpg



Algérie.

C’était un petit trek d’une semaine dans le sud-est, proche de Djanet et de frontière libyenne.
Court, mais tellement bon !
Et nous n’étions que quatre, entre amis.

On se croyait dans un vrai salon entre tous ces rochers et le sable.
En fait, dans le désert, c’est devenu le paysage que je préfère : un mélange de rocs et de sable, offrant de merveilleuses couleurs lors des couchers de soleil.

Cette photo, je m’en souviens bien.
Même très bien…

C’était la première journée et nous commencions à marcher.
Et dix minutes auparavant, nous avons bien cru que ces petites vacances allaient mal tourner :

Trois jeeps avec mitraillettes et hommes armés sont arrivées.
Les jeeps se sont arrêtées autour de nous.
Les hommes sont descendus.
Nous ont encerclé, kalachnikov à la main.
Et sont venus nous voir. 
Ils n’avaient pas l’air de nous apporter du thé et des pâtisseries, ces coquins.

Nous apprendrons un peu plus tard qu’il s’agissait d’hommes chargés de surveiller le parc.
Mais drôle d’approche quand même !

(J’ai aussi le rush vidéo, mais mal cadré…)