Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 août 2009

48 heures à Sao Paulo


Braaaaasil!

Bon, c'était un peu en dernière minute.
Au final, ça nous a fait 48 bonnes heures sur place.
Pas trop fatiguant pour moi mais un peu plus pour Claire...
Là-bas, à cette période, c'est l'hiver.
Donc seulement 30° à la place des 40 habituels.
Coup de bol, nous avons un temps extraordinaire.

Sao Paulo.
Première fois que je mets les pieds au Brésil.
Et cette ville est tentaculaire, des immeubles partout partout!
Des couleurs, plein de couleurs.
Jamais vu autant de personnes arborer fièrement les couleurs de leur pays sur les tee-shirts.
Faut dire, ces couleurs flashy invitent à la fête, à la bonne humeur.

Sao Paulo, c'est aussi la première vraie sortie de la nouvelle caméra, où la vidéo est faite de mixes entre l'ancienne et la nouvelle.

Ca s'est passé le WE du 8 août et ça se passe ici en 3'17.
Zou!
Enjoyez!





Merci à Claire et à sa grande patience d'avoir supporté pendant les heures de montage des rushs de la musique en boucle et en boucle...

14 août 2009

L'image du vendredi (11)

0044.jpg

Mauritanie.

C’est le tout premier voyage.
Alors on est un peu crédule.

Je n’aime pas trop le bêbêtes.
Alors je me souviens.
Pour ce premier désert, je me rappelle avoir demandé au guide s’il existait des affreuses bestioles avec des grandes dents dans le désert.
Genre serpents.
Ou araignées.
Voire pire: des serpents avec des pattes velues, des Ser-gnées.

Le guide nous a confirmé que nous pouvions rencontrer quelques unes de ces bestioles, effectivement.
Alors bien sûr je lui ai nous lui avons demandé s’il avait un équipement spécifique en cas de pépin.
Et il a su nous rassurer.
En ayant exactement ces mots:
«
Oui, ne vous inquiétez pas.
En cas de souci, nous avons toujours la solution.
»

A ce moment, il trifouille dans sa sacoche.
Nous nous attendons forcément à voir un téléphone satellite, un pare-choc de twingo un aspivenin ou toute autre redoutable trousse à pharmacie.
Que nenni…

Il en sortira le Coran.

Et oui.
«
En cas de problème, on récite des versets du Coran.
» 

Aaah ouf!!
Nous voilà rassurés!

Allez savoir.
Info.
Intox ?
Nous ne le saurons jamais.


Ce qui nous amène à cette image.
Et cette vilaine bête.
Mais pas vilaine pour tout le monde.
Car c’est aussi en Mauritanie que j’ai aussi découvert que l’araignée était sacrée pour les musulmans.

Car peu de temps avant que Mahomet ne soit véritablement reconnu comme prophète, en 622 et en quittant la Mecque, il fut poursuivi par les locaux et alla se réfugier dans une caverne.
Et juste après être rentré dans cette caverne, il pu échapper à ses poursuivants car des araignées auraient tissé des toiles après son passage, empêchant ses poursuivants de l’attraper.
Cet exil marque d’ailleurs le début du calendrier musulman.

Cette histoire, je l’aime beaucoup.

Donc, cette fameuse image avec cette vilaine bête.

Nous sommes trois à l’arrière marcher au rythme de la digestion du Nescafé et du pain sec du matin.
Le reste du groupe est avec le guide. Devant. Loin.
Et nous tombons nez à nez avec cette chose.
Grosse.
Au moins 70 10 cm de diamètre.
Sur ses pattes arrières.
Prête à nous sauter dessus.

Il me la faut en photo.
Donc je m’approche.
Lentement.
Je suis à moins d’un mètre d’elle.
Sors l’appareil (argentique à l’époque).
Doigt sur le déclencheur.

Et hop.
Tout à coup la vilaine bête fait mine d’attaquer.
Courageux, je recule brusquement.
Et fais tomber tout mon attirail suite à la frousse de l’attaque spontanée.

Plus loin, nous retrouverons le groupe.
Tout heureux de raconter notre étonnante rencontre.
Jusqu’au moment où le guide nous précisera :
«
Nous l’avons croisée aussi et nous l’avons évitée.
J’espère que vous avez fait pareil car c’est l’araignée la plus venimeuse et agressive du désert, elle fait des bonds de plus d’un mètre.
»

Oups.

Là, nous en étions sûrs.
Ce n’était pas de l’intox.

P1010069.JPG