Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pouah! | Page d'accueil | Cyprien est un coquin »

10 septembre 2008

Lui, une troisième fois


En direct.
Il y vingt-cinq minutes.

Je ne m’y attendais pas.
Il m’a eu.
Par surprise.

Cette scène était un clin d’œil.
Sans doute pour ça que je l’ai écouté.
Lui.
Durant quatre minutes.
Le temps que ma rothmans se consume.

En mars dernier, j’écrivais ça, là.

Et là, je retombe sur lui.
Mon vietnamien.
Devant l'entrée de mon boulot.

C’est une impression bizarre.
Lui, ici.
Et moi, là.
Dans un endroit où jamais j’aurai pensé pouvoir le croiser.

Je fume.
Je le vois au loin.
Il arrive.
Et vient vers moi.
Pourquoi moi ?
Et pas mon voisin ?

Le même visage marqué.
Les mêmes rides.
Le même imperméable.
Les mêmes médailles.
La même détresse.

Bref.
Il me parle.
Et bien sûr, c’est la troisième fois qu’il me parle.
Mais ne me reconnaît pas.
Toujours pas.

«
- C’est quoi ici ?
Il m’a l’air toujours à l’ouest. Mais je souris de le revoir. Je tiens ma petite note du jour.
- Des bureaux.
- Des bureaux d’quoi ?
- Des bureaux pour travailler.
- Mais pour travailler quoi ?
- Pour travailler dans les assurances, les banques…
- Aaah d’accord! J’viens d’arriver. Ce matin de Nice. Car j’habite Nice.
Oui oui c’est ça, et moi j’suis le curé d’Melun…
Là, je ne réponds pas. Encore une fois, je bois ce qu’il a à me dire. Je le vide. L’aspire.

- Ah ? Vous habitez à Nice ?
Que va-t-il me sortir cette fois-ci encore …
- Oui, ma famille arrive ce soir de Saïgon à Roissy, à l’aéroport, là où y’a les avions vous savez.
Au moins, il reste cohérent sur son discours, plus d’un an après. Et puis Saïgon, et toujours pas Ho Chi Minh Ville.
- Je vois bien oui, Air France et tout et tout.
- Oui. Et j’ai fait la guerre moi. La guerre d’Indochine. Et ça fait quarante ans que j’suis à Nice.
Il me montre ses médailles.
- Et vendredi, on part à Cayenne.
Alors ça, c’est tout frais, c’est tout nouveau, c’est du scoop.
- A Cayenne ?
- Oui, à Cayenne, voir de la famille. Il fait bon là-bas vous savez.
- Je m’en doute, je m’en doute. En avion ?
- Oui, en avion, de Roissy, à l’aéroport, là où y’a les avions.
- C’est bien, ça.
- Oui. Vous êtes jeunes vous, c’est bien, vous avez quel âge ?
Il articule mal, je ne comprends pas, alors je réponds en hochant bêtement la tête.
- Oui oui.
- Non mais vous avez quel âge ? Vingt-cinq ans ?
Là, j’ai mieux compris.
- Trente et un ans.
- C’est bien, ça. Vous êtes jeune.
Il me prend le bras. Me serre l’avant bras. Les voisins nous regardent. Ma cigarette arrive à sa fin.
Et lui aussi.

- Et oui. Bon, je vais travailler. Bon après-midi.
»

Je repars, je souris.
De l’avoir recroisé.
Mais il est toujours aussi mythomane.

Mais le revoir, aujourd’hui, m’a fait sourire.
Mais surtout, le voir en bonne santé.
C’est con, mais ça fait plaisir.
Au moins.

La prochaine fois, je lui dirai.
Que c’est la quatrième fois qu’on se croise.

La prochaine fois, je lui demanderai.
Pourquoi il raconte autant d’histoires.
Pourquoi il ne raconte pas la vérité.
Pourquoi est-il vraiment ici.

Pourquoi et comment.
En est-il arrivé là.

Sans doute lui offrirai-je.
Un chewing-gum.

Mais j’aimerai connaître sa vérité.


Quant au poète, je ne l’ai toujours pas recroisé.

Commentaires

Ca ferait un superbe début de film à la Amélie Poulain : "Le jour où j'ai décidé de connaître un inconnu que j'avais rencontré 3 fois par hasard" ; et là, tu ferais une enquête, et tu croiserais, au détour de sa vie, d'autres personnes incongrues et connues, et tu te rendrais compte que quelque chose cloche, qu'il y a trop de liens entre des gens qui ne devraient pas en avoir... et tu te sentirais épié, tu penserais qu'une vaste conspiration est organisée contre toi, que tu fais l'objet d'un Truman Show, et peu à peu, tu perdrais la raison, et on te retrouverait, quelques années plus tard, errant, désemparé et bafouillant, dans les rues de Paris, en racontant à tout le monde que tu es curé à Melun et que tu organises une quête pour rénover une paroisse au Vietman...

On appellerait ce film "Les détours de Maxime".

:)

Écrit par : shakti | 10 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Oui, je comprends que tu ai envie de savoir. Mais la plus belle histoire sera forcément celle que tu lui auras inventée...la réalité est souvent plus glauque...

Écrit par : carobine | 10 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Mon précédent comm est il passé?
Toujours est il que je répète : invente lui une histoire et ne cherche pas à connaitre la sienne, la tienne est plus glam

Écrit par : carobine | 10 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Shakti, dis donc, tu fais preuve d'imagination là!
Tu sais, dès que tu croises l'inconnu, l'imagination a toujours bon train.
Mais si je comprends bien... (à la Truman):
Alors, ce blog, on m'aurait poussé à le créer?
Et toi, tu serais de la partie? une fausse blogueuse censée faire quelques commentaires ici?
Tu ne serais pas prof, mais vendeuse d'horloges "I love La Bourboule" dans une quincaillerie à Riom dans la banlieue nord de Clermont-Ferrand dans la vraie vie?
Et derrière chaque ordi que j'utilise se cacherait une caméra? Donc là, vous me verriez en train de manger mon pain au choco en faisant semblant de bosser?
Du coup, mon DG, juste à côté, saurait que j'ai fait une note pleine de cochoncetés sur les requêtes google et que je passe plus de temps à scruter mon calendrier pour les vacances plutôt que de bosser?
Et que peut-être, les personnes folles en réalité, comme mon vietnamien, seraient en fin de compte de vraies personnes censées, celles qui se rebelleraient contre cette mascarade, incognitos, et qui nous donneraient des pistes pour s'enfuir de ce "show"?
Sans doute que lui, connaitrait la vérité?
Et puis... et puis...

Super! La prochaine fois, alors je sais ce que je lui demanderai:
"Dis, tu m'emmènes à Cayenne? Là où y'a pas de caméra ni de Shakti qui laisse des commentaires à faire partir en vrille même le plus mauvais des imaginatifs?"
Et peut-être que là, en fin de compte, ce serait lui qui me prendrait pour un fou... un mythomane...

Mazeeeeeette!! Mais y'a de quoi devenir parano avec tes histoires!!
Pffffiou!
Bon, je finis mon pain au choco et passe le coucou à mon DG.
;- )


Carobine, oui. On va lui inventer une histoire à ce guerrier de Cochinchine aux mille médailles.
Mais n'empêche que si je le recroise, ma curiosité prendra le dessus.
La question sera plus: persistera-t-il dans ses histoires, niant tout? Ou se dévoilera-t-il, juste un tout petit peu?

Écrit par : Maxime | 11 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Je suis partante pour le film de shakti, super idée :-)

Sinon, de lien en lien, je suis arrivé à l'histoire de ce gars qui a eu le désir de vous faire partager un passage de son livre.
J'ai eu un frisson d'émotion.
J'aimerai avoir cette audace un jour, dans un métro bondé, rempli de gens qui n'ont qu'une envie: être ailleurs, de leur lire quelque chose qui leur ferait dire que, parfois, ça peut être sympa les transports en commun.

Quand à ce vieux monsieur, peut-être son histoire est-elle tragique, ou peut-être tout simplement si banale qu'il éprouve le besoin de l'enjoliver :-)

Écrit par : Alexiane | 11 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Alexiane, Shakti a vu juste.. 10 années d'enfant d'choeur à jouer au freesbee avec les hosties, faire des batailles de cire, trafiquer l'encensoir, marcher sur les aubes des autres, inverser vin et eau du curé... ça marque ;- ) Vais donc me repentir et me concentrer sur cette paroisse vietnammienne.
Enfin, on verra ça demain... après avoir appelé Darty...

Et oui, cette histoire de cet homme, sûr de lui, sans peur dans le métro, c'était du pur bonheur.
Un seul but: partager.

On en est tous capable tu sais (même sans la tête arrosée de Rhum...)

Écrit par : Maxime | 11 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

^^ ou peut être qu'il croit à ses histoires...genre trouble mental...

Écrit par : carobine | 11 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Ne me dis pas qu'en plus de laisser traîner ta vaisselle sale dans l'évier, tu n'as TOUJOURS pas investi dans une nouvelle machine à laver pour laver plus blanc tes kangourous et tes marcels ?

Toi l'aventurier, tu n'oses entreprendre le périple jusqu'à l'enseigne qui - notez bien - et maintenant liée par les liens sacrés du mariage à la progéniture présidentielle ? Ciel ! Un mythe s'écroule... :)

Écrit par : shakti | 11 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Carobine, déjà, mentalement, c'est clair, il a l'air troublé. Ce qu'il faudrait aussi, c'est qu'il accepte de se faire prendre en photo, même de loin, pour qu'éventuellement vous le reconnaissiez, un jour, si vous flâner dans Paris. Et là, ce serait exceptionnel! (oui, exceptionnel, car vous lui feriez gagner 20 minutes de papotages inutiles et lui fileriez directement ses 10 euros demandés pour qu'il "puisse aller chercher sa famille en RER à Roissy"...)

Shakti, oui, je sais, c'est mal... Mais avant d'investir:
- j'appelle
- Darty vient.
- Darty me dit "votre machine est morte"
- Darty repart
Et c'est après qu'il faut que j'aille chez Darty en choisir une nouvelle... et ça, c'est pas gagné... Jessica Sebaoun ou pas...
;-)

Écrit par : Maxime | 16 septembre 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.