Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jean-Kévin aime les SMS | Page d'accueil | Solidarité sud-américaine »

21 juillet 2008

What else?

Y a-t-il vraiment des règles?
Doit-on obéir?
Suivre une règle?
Un comportement?

Comment s'occupe-t-on?
Y a-t-il des formes pré-définies d'occupations?
Et celui qui pense.
Oui, celui qui pense éternellement, lui, s'occupe-t-il?
Est-ce que penser est s'occuper?

Je suis direction Genève
Voiture dix-sept.
Mais pas de bol.
Un groupe de jeunes est là aussi.
« Camps Jeunes ».
De huit.
A douze ans.
Turbulents.
Ils hurlent.
Et ça se lit.
Dans leurs yeux.
Sur leur visage.
Qu'ils ne sont pas du seizième.

Et puis.
Il y a Georges Clooney.
Enfin son sosie.
Face à moi.
Le même regard.
La même élégance.
Le même poivre.
Le même sel.
Mais pas le même.
Nom.
La monitrice délaisse l'espace de quelques secondes son attention de ses loulous.
Une fois. Deux fois. Trois fois.
Je ne compterai plus.
Sans doute espère-t-elle que ses yeux de biche soient chassés par ceux de Georges.
Clooney.
Et non Guy.
Sans doute.

Je le prendrai en flagrant délit.
Lui.
A deux reprises.

Elle, elle occupe.
Son attention.
Double attention.
De ses loulous.
De son Georges.
C'est connu, les femmes maîtrisent le multitâches.

Georges, lui, il macbooktise.
Que fait-il?
Je ne sais.
Alors forcément, je m'imagine.
Qu'il fait un compte-rendu de réunion sur l'activité d'une entreprise de caoutchouc.
Ou.
Qu'il regarde un DVD de OuiOui.
Ou.
Qu'il ré-organise ses fichiers.
Ou.
Qu'il fait un Super Sudoku.
Ou.
Qu'il regarde les photos de ses dernières vacances à La Bourboule où il a voulu régénérer son capital soleil.
Ou.
Que sa machine est éteinte et qu'il se regarde dans le reflet de l'écran pour vérifier son grain de peau et être au top quand la monitrice le dévisagera pour la vingt-deuxième fois.

Quant à moi, j'observe.
Elle.
Lui.
Et puis elle, cette dame là.
A côté de moi, qui ne lâche pas ses mots fléchés.
Et qui m'a lancé des yeux noirs lorsque je lui ai dit que paratonnerre prenait deux « r ».
N'empêche que.
Elle a effacé.

Quant à moi, j'écoute.
Deux petits loulous derrière moi.
Ils ne se connaissaient pas.
Et désormais, se connaissent.
Oui, l'un a proposé un chewing-gum à l'autre.
Et il y a eu ces répliques, à la suite.
Sorties sur un air détaché.
« 
- Eh, regarde, y'a des nuages!
- C'est quoi des nuages?
- De la fumée
»
Et puis surtout.
« 
- T'as un père toi?
- Non. Juste une maman. Mon père j'le vois pas. Ma mère c'est le soleil, mon père la nuit.
»
Huit ans.
Pas plus.
Le sans père.

Quant à moi, je ne fais rien.
Matériellement.
Oui, mes mains ne sont pas occupées.
A ce moment.

Alors serait-ce donc ça, être occupé?
Etre occupé serait-ce être réduit à avoir les mains occupées?

Réfléchissons.
Si vous êtes occupés, c'est donc que vous faîtes quelque chose.
Avec vos mains.

Lire?
C'est être occupé.
Des yeux.
Et des mains, à tourner les pages.

Oui mais non.
Car regarder la télévision, c'est être occupé.
Avoir l'esprit occupé.
Donc.
Réfléchir.
Penser.
Avoir l'esprit occupé, c'est être occupé.

Mais si on me demande ce que j'ai fait tel jour.
Et que je réponde que j'ai réfléchi à l'ombre d'un poirier du jardin Catherine Labouré.
Alors on me rétorquera que j'ai glandé.

Alors oui.
C'est injuste.
Car je préfère attraper un « Ma mère c'est le soleil, mon père la nuit » plutôt que d'écrire paratonnerre avec un seul « r » et foutre en l'air une grille de mots fléchés.

Et qu'y a-t-il de mieux?
Penser ou s'activer?
L'un est-il mieux que l'autre?
L'un est-il mieux vu que l'autre?

Quoiqu'il en soit.
J'ai.
Observé.
Ecouté.

Et écrit.
Mais en cachette.
Taille six.
Et couleur verte.
Oui, la monitrice a beau avoir des yeux de biche, les miens sont de chat.
Pour ne pas que ma voisine ne me lise.
Qu'elle reste concentrée sur son paratonneRe.
Car je n'aime pas que des intéressés lisent ce que j'écris.
Sur eux.
Normal.
Oui oui voisine, j'ai écrit sur vous.
Vous et votre regard noir.
- Je prends des risques là -
Vous et votre silhouette de Karen Mulder.
Avec non loin d'un demi quintal supplémentaire.

Bref.
Finalement.
En y repensant, j'étais occupé.



« 
- Wé Max, TT OQP!
- Kévin?? Encore toi? Fous-moi le camp! Allez!! Pas vrai d'voir ça!! Non mais!
»




Photo0038.jpg
What else?

Commentaires

Je note juste que lorsque je prends le train, j'ai tout ceal excepté Georges...

Écrit par : frogita | 22 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

J' aime...pouvoir accrocher des bouts de phrase, pouvoir imaginer les instants des autres, même si j ai tout faux...
mais...comment fait n entrer paratonnerre avec un R???on lui met deux R au premier???!!!

Écrit par : cynthia | 22 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

Frogita, ce n'était qu'un tout petit florilège!
Bon, ce que je ne dis pas, c'est qu'hier, au retour, ai du m'endormir une bonne trentaine de minutes. Et quand je me suis réveillé, mon voisin avait changé de place... Et comme j'ai légèrement tendance à ronfler, me suis demandé s'il n'avait pas foutu le camp à cause de ça... donc que mon entourage m'aurait également entendu...

Cynthia, pendant un temps, me suis demandé si ce serait une bonne idée d'écrire des morceaux de conversations entendus, et n'importe où.
Bon, y'aurait forcément du tri à faire, mais aussi, de petites répliques bien croustillantes.
Au retour, encore, avant que je ne me mette potentiellement à ronfler et faire vibrer la voiture 5 entière, j'ai entendu dans la bouche d'un moins de 5 ans un "crever un oeil" se transformer en "croeil".

Écrit par : Maxime | 22 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

Petite, je disais que les nuages c'était Dieu qui avait fait tomber son paquet de coton.
Grande, je dis que Georges Clooney est un cadeau tombé du ciel.
Et Dieu sait si j'ai essayé à maintes reprises de l'attraper.

Écrit par : clémence | 23 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

Clémence la mystique, mais c'est mignon tout ça dis!
Rigolo que tu parles de Dieu... car vais en parler dans un avenir proche...

Écrit par : Maxime | 23 juillet 2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.