Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bonus syrien du WE | Page d'accueil | Un primé »

14 novembre 2007

N° 08821

Hier.

Pourtant.
Et pourtant tout avait bien commencé.

Il y avait des flaques.
Beaucoup de flaques.
Et comme la mer rouge, elles se sont ouvertes devant lui.
Jambes relevées.
Cette fois-ci, personne arrosé.
Normal.
Il n’y avait pas grand monde.

Il pleuvait.
Un peu.
Première fois sous la pluie.
Toujours aimé les premières fois.
Pourtant c’était juste pour dix minutes.
A l’arrivée, ce fut au moins vingt heures.
Peut-être encore aujourd’hui?
Je ne sais pas.
N’y suis pas retourné.
Cent-vingt-huit euros.
Heureusement non crédités.

Peut-être l’a-t-on volé ?
Non.
Ils nous auraient informé.
Mon portefeuille et moi.

Pourtant j’ai tout essayé.
Pendant dix minutes.
A me détruire les doigts.
Sous la pluie.
Dans le froid.
De droite.
A gauche.
Avant.
Arrière.
Rien.
Impossible.

Juste pour deux hamburgers.
Et l’autre, qui me tenait la porte pour entrer.
Pour sortir.
Qui m’hurle dessus car je ne lui donne pas la pièce.
J’ai des bras aussi.
Merde.

Sous la pluie.
Dans le froid.
Engueulé.
Emmerdé.
Bloqué.

Quitte à rentrer.
A pieds.
Et glisser, sur les trottoirs.
Me casser un pied.
Me casser les pieds. Lui, là, à la porte.

Deux hamburgers pour cent-vingt-huit euros.
Dur à avaler.
Mais non.
Finalement, ils l’ont retrouvé.
Lui.

Ils ont dû couper l’antivol.
J’aurai souhaité y assister.
Dommage.
Il habillait le quartier.
Face à La Poste de Littré.
Face au MacDonald rue de Rennes.


Lui, le velib’ n°08821, accroché à la barrière.


Publié dans des objets | Lien permanent