Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Gilles | Page d'accueil | Epistolaire posthume »

30 août 2007

Téléphoné

« Ca va mon loulou ?
Ca me fait plaisir de t’avoir dis!
Je n’avais pas de nouvelles, je m’inquiétais.
C’est gentil de m’appeler.
Alors tu t’es baigné avec tata ?
C’est bien.
T’as pas eu peur ?
T’as été gentil avec pépé ?
C’est bien ça.
Ah bon ?
T’en as mangé beaucoup ?
Oh dis donc!
T’étais content ?
C’est bien ça mon biquet.
T’es content d’avoir ta maman ?
Ah oui ?
Mais c’est bien ça.
Et tu vas faire quoi cet après-midi ?
C’est bien ça.
Il est gentil pépé hein.
Papa ?
Papa il travaille là. Il pense beaucoup à toi. Il te fait plein de bisous toutou.
Elle fait bien à manger tata ?
C’est vrai ?
Des frites ?
C’est bien ça.
T’es content mon mamour ?
Moi aussi tu me manques.
Je t’embrasse mon mignon. Maman va aller retourner travailler.
Oui.
Oui.
Je t’embrasse.
Tu me passes ton pépé?
Oui mon loulou.
Bibi mon mamour. Je t’aime.
Oui.
Ta maman t’embrasse.
Tu me passes ton pépé?
J’te fais des bisous mon ptit bout d’chou.»

C'était tout à l'heure. Au boulot.
A la pause cigarette.
Dehors. Dans l'escalier.
La collègue du dessus.
Concentré, cigarette au bec, on retient tout.
Et on sourit.