Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mouvement, Rotterdam | Page d'accueil | C’est pour ça… »

15 juillet 2007

P______ , la voisine

Printemps 2004.
Tout nouveau dans ce bâtiment. Nouvel appartement, nouveaux voisin(e)s.
Il aime déjà ce quartier. Et puis, on ne peut que l’aimer. Ici, on dit qu’une source secrète coulerait et alimenterait les esprits les plus créatifs.
Il ne lui en fallait pas plus.

Ce soir, c’est la soirée des voisins.
Tous les voisins sont là, sourire aux lèvres. Des plats plus beaux que les autres dans chaque bras.
Tous, ou presque. La vieille du sixième n'est pas là. Oui, celle qui pue, gueule, et appelle les flics quand son voisin du cinquième écoute trop fort Intervilles.
Il sait, c’est P______ qui lui a dit.

P______, ce soir-là, elle l’a séduit avec sa quiche.
P______, ses yeux l’ont mangé, en guise de gâteaux apéro, prémices de sa quiche.
P______, elle joue du violon. Il aime. Oui, il aime et aimerait être son archer pour flirter avec ses cordes.

Quelle chance d’avoir P______ comme voisine, s'est-il dit.
Ce soir là, son jus de carottes du jardin spécialement pressées du matin n’a pas eu raison de P______ .
Bizarrement. Enfin il sait pas. C’était il y a longtemps. Et puis P______ , il ne l’a pas recroisée.


Hiver 2007.
Il est tard. Il a la tête qui tourne.
N’aurait jamais dû mélanger jus de carottes et vodka. Enfin il sait plus. Vodka? Tequila? Gin? Rhum? C’était bon, juste.
Etape code.
Concentration: 23A62.
Bien. Ca marche. La tête qui tourne, mais les doigts restent sobres.
Il fait noir, il laisse tomber ses clés, se croyant malin en jouant avec elles.
Du bruit. Dans l’escalier, du bruit. Quelqu’un descend.
Dépêche-toi de ramasser tes clés cruchon! Hop. La souplesse des ses ischio-jambiers ne le perd jamais.
La lumière s’allume. Les pas descendants se font de plus en plus soutenus.

Face à face.
P______. C’est bien elle. Sac poubelle à la main.

Maxime (sobre):
- Bonsoir
P______ la ménagère:
- Bonsoir

Il fait mine de regarder dans la boîte aux lettres, des fois que l’Isis de la station Cité se soit manifestée 
http://ilovethisgame.hautetfort.com/archive/2007/07/11/im...

P______ fait quelques pas dans la courée, et se retourne.

P______ interrogative:
- Excuses-moi, tu n’étais pas à la soirée des voisins d’il y a quelques temps?

Maxime:
- Oui, mais ça remonte. D’ailleurs, on en a plus refait depuis.
Effort surhumain, tentative de reconnexion de neurones… Tester sa mémoire, d’ordinaire plutôt performante, et le Yogourt lâche un:
- Claire?
P______ amusée:
- Non, P______ . Et toi… c’est….
P______ cherche à ce moment.
(C’est bon signe ça mon Maxou!! Bon, par contre, si elle lui sort un « Maxime », il promet de tourner à l‘Evian et de devenir incollable sur tous les adagios de Violon…).
Elle cherche, mais ne trouve pas.
Zut! et ouf! à la fois (l’Evian, ça va deux minutes. Ou si, avec du Rhum. Oui, c’est bon de l’Evian avec du Rhum, c’est blanc, on voit rien.)

- Maxime.
- Ah oui, exact… MAXIME.

En grand gentleman, il ne lui proposera pas de lui prendre ses ordures. Erreur peut-être.
On fait tous des erreurs.
Même P______ fait des erreurs, elle ne se souvenait plus de son prénom.

La tête lui retourne.
Il monte. Il dort.


Printemps 2007.
Midi.
Exceptionnellement, il rentre.
Au moment de partir, il croise P______ , là, en bas, devant sa boîte aux lettres.

Elle se retourne, le voit.
- Salut Maxime!

… et merde… crétin… ça recommence...(soupir intérieur)
- Aaaaah… salut……. !
(c'est un « Aaaaah… salut……. ! » gêné).

Le trou. Le gouffre de mémoire. De nouveau.



Pauline.
Je ne l'oublierai plus. Promis.